Oliver... ou une histoire qui se termine bien !

Au refuge, il est assez coutumier de verser des larmes... devant la maltraitance, l'état de certains animaux quand ils arrivent, le peu de considération pour ces êtres vivants qui ont tant à donner pourtant...

Mais il arrive aussi que l'on verse des larmes de joie, des larmes de bonheur, avec certaines belles adoptions, des chats, des chiens, craintifs, et de belles personnes qui leur font confiance, qui sont prêtes à leur laisser le temps nécessaire pour se détendre, qui les acceptent tels qu'ils sont.

Et il y a aussi des histoires, magiques, comme celle d'Oliver... Oliver (qui s'appelle en réalité Mulder), papychat arrivé au refuge le 28 juin 2019. Trouvé à Schnersheim, mal en point. Le refuge avait été contacté par une personne qui nous l'a signalé. Oliver a été récupéré, et oh surprise, il est identifié ! Tatouage pas très net, mais malgré tout lisible. Nous avons vérifié sur l'Icad, et il s'avère qu'il s'agit d'un matou né en 1998, un papy de 21 ans !

Contact a été pris avec le détenteur identifié à l'Icad. Le numéro de téléphone répond (parfois, les coordonnées ne sont plus à jour, et impossible de retrouver les propriétaires), et là, c'est la désillusion : le détenteur est en fait un vétérinaire. Cette dernière explique qu'elle faisait parfois identifier des chats errants à son nom, qu'elle les soigne et les mets en règle avant de les céder à des adoptants... or pour ce chat-là, le transfert de propriétaire n'a jamais été fait, et elle ne dispose plus d'archives aussi anciennes pour retrouver qui a adopté Oliver.

Nous n'avons pas baissé les bras pour autant. Il était impensable pour nous qu'Oliver finisse ses jours au refuge, ou du moins, sans avoir tout tenté pour voir s'il avait encore une famille quelque part, qui le cherchait peut-être.

La mairie du village où il a été trouvé a été contactée. Après leur avoir expliqué, ils nous ont informé qu'ils allaient diffuser des affiches dans le secteur. Les vétérinaires ont été informés également, un article a été mis dans la presse, un SOS pour qu'Oliver retrouve ses propriétaires, et un post sur Facebook, qui à ce jour a été diffusé près de 1 000 fois depuis le post d'origine, faisant boule de neige.

Oliver sos site

 

Les jours ont passé, et ses propriétaires ne se sont pas manifestés. Plusieurs personnes nous ont contacté (certaines depuis la région parisienne), nous demandant des nouvelles, et se proposant d'offrir un panier retraite à Oliver. Nous les remercions, vraiment de tout coeur. Se rendre compte qu'il y a des personnes au grand coeur, sensible, qui sont prêtes à prendre en charge un chat âgé, c'est vraiment réconfortant. Nous avons toutefois à chaque fois décliné, car toutes ces personnes avaient déjà des chats, et Oliver ne les apprécie pas du tout, c'est une vraie terreur au refuge, au point que nous n'avons pas eu le choix que de le laisser dans un box, bien à contrecoeur.

Le week-end dernier, l'état d'Oliver s'est détérioré, nous l'avons vu décliner. Au refuge de Saverne, nous ne pratiquons pas d'euthanasie de complaisance. Mais nous ne laissons pas non plus un animal souffrir sans raison. Après discussion, nous avons souhaité le montrer au vétérinaire ce mardi, et selon ce qu'il dirait, si Oliver souffrait, nous l'aiderions à partir.

Mais Oliver est un battant (et la suite va le prouver^^) : après l'avoir examiné, le vétérinaire a estimé qu'Oliver n'était pas encore en fin de vie, qu'il s'accrochait et avait encore envie de vivre. Et tant mieux, cette nouvelle nous a vraiment soulagé. On s'attache à nos petits protégés, quels qu'ils soient, ils ont tellement d'amour à donner, qu'on n'a aucune envie de leur dire aurevoir (sauf quand c'est pour une adoption bien sûr !).

Et ce papychat a vraiment une bonne étoile sur sa tête !

Ce dimanche, début d'après-midi, nous avons réceptionné un mail, que nous n'attendions plus ! La famille d'Oliver qui nous écrivait, nous disant qu'ils venaient de trouver l'affiche, le SOS que nous avions lancé. Ils pensaient leur vieux chat mort... 

Nous les avons appelé, de suite, pour vérifier si c'était bien leur chat. Et là oh surprise, quand Madame nous a donné le tatouage, en fait ce dernier n'était pas le bon ! une des lettres, à moitié effacée, n'était pas la bonne par rapport à ce que nous avions déchiffré ! Et pourtant, tout le reste correspondait : l'âge, la description...

Mais en discutant avec Madame, c'était bien son chat, son Mulder, qui avait disparu en pleine canicule, et vu ses soucis de santé, elle ne s'attendait plus à le revoir. Venant d'arriver tout récemment dans le village, et ne lisant pas les journaux et ne surfant pas sur Facebook, elle n'aurait jamais vu l'affiche. C'est grâce à leur chien, qui a reniflé un papier par terre (l'affiche en question) qu'ils ont regardé et reconnu leur Mulder qu'ils croyaient mort !

Oliver, qui s'appelle en réalité Mulder, avait été recueilli par Madame alors qu'il n'avait qu'un mois : trouvé dans la rue, mourant, elle l'avait emmené en urgence chez le vétérinaire, qui a réservé son pronostic vu l'état du chaton. Mais Mulder s'est accroché, s'est battu, et a survécu... Il a vécu de belles années à ses côtés, suivi chez un vétérinaire depuis toujours. Elle nous a parlé de ses petits soucis d'arthrose, de l'opération qu'il a eu il y a quelques temps, de son audition défaillante (il est presque sourd), de la petite entaille à l'oreille... c'était bien son Mulder, aucun doute là-dessus ! Et elle souhaitait le récupérer, encore aujourd'hui si possible (il partait en vacances aujourd'hui !

Mulder a retrouvé sa famille cet après-midi, ronronnant de bonheur quand il les a vu arriver.

Une très belle histoire, qui montre qu'il ne faut jamais rien lâcher, jamais. Parce qu'ils le valent bien :)

35 votes. Moyenne 4.91 sur 5.